”La terre, il se pourrait bien après tout que ce soit une espèce
de merveilleux petit appareil enregistreur, plaçé là par on ne sait qui,
pour capter tous les bruits qui circulent mystérieusement dans l’Univers.”
Pierre Reverdy - ”En vrac” - 1929

”J’entends tous les bruits de la terre grâce à mes oreilles et mes nerfs de cristal
dans lesquels circulent le feu du ciel et celui des volcans.”
Michel Leiris - ”Le point cardinal” - 1927

"Go, go, go! ... Go! go! ..."
John Lee Hooker

25/02/2020

Kárhozat


Composée par Mihàly Vig et chantée par la formidable actrice Vali Kerekes, une des plus belles ritournelles que j'ai écoutée, dans le "Titanik Bar" du film "Damnation" (Kárhozat) de Béla Tarr.

One of the most amazing ritornello I ever listened to, in the Titanik Bar.
From the beautiful movie "Damnation" (Kárhozat) by Béla Tarr.
Sung by the actress Vali Kerekes on the nostalgic and minimalistic Mihàly Vig's music.


  


une critique du film <<<ici>>>
a review (in french) about the movie  <<<here>>>


 

21/02/2020

Clara de Asís



Clara de Asís est une compositrice et guitariste d'origine espagnole basée à Marseille.
Son travail expérimental est principalement articulé autour de l'écoute,
des micro tonalités et du (presque) silence.

Ses performances sonores et concerts dans lesquels elle utilise guitares acoustiques et électriques, et aussi de simples installations génératrices de fréquences,
lui permettent de créer de longues pièces nous invitant à une écoute active.
Proche des univers sonores de Pauline Oliveros, Phill Niblock ou d'Eliane Radigue,
Clara brouille les cartes entre la stricte composition et l'improvisation,
 et nous convie à l'exploration de la tonalité et du timbre de sa musique,
tout autant qu'à  l'introspection et à la quiétude. 

”Je suis allée vers une forme particulière d’écriture de la musique, précise et à la fois trés ouverte. C’est une ouverture qui se déploie dans la musique, mais aussi et surtout, une ouverture qui a lieu en soi-même…”   
Clara de Asis

Ouverture partagée par elle-même quand elle performe,
tout autant que par-nous mêmes les auditeurs.



Clara de Asís - ITW de Didier Aschour in ”Revue et corrigée” automne 2019


Clara de Asís dans l'émission "Epsilonia" sur Radio Libertaire


Clara de Asís is a Spanish composer and guitarist located in Marseille, France.
Her experimental work is mainly articulated around the listening, the micro-tonality and the silence.
Her sound performances in which she uses acoustic and electric guitars, and also devices  generating simple frequencies, allow her to create long pieces inviting us to an active listening.
Not far away from the sound universes of Pauline Oliveros, Phill Niblock or Eliane Radigue, Clara shuffles the cards between strict composition and improvisation, and invites us to explore the tone of her music, as well introspection and quietness.


"I went to a specific form of music writing, precise and at the same time very open. It’s an opening that unfolds in music, but also and above all, an opening that takes place in oneself ... ” CdA 

Opening shared by herself when she performs as well by ourselves, the listeners.


^^^_*_^^^



Notes for "do nothing" - 2017







---÷¨¨¨÷---


Clara de Asís "in a landscape"



<_<+*+>_>

ECOUTER
Clara de Asís dans l'émission "Epsilonia" sur Radio Libertaire
Clara de Asís was invited in the radio show "Epsilonia" on Radio Libertaire

L'émission Epsilonia sur Radio Libertaire 
est dédiée à la découverte et à la défense des musiques expérimentales, 
musique contemporaine, électroacoustique, improvisée, bruitiste, ambiante, progressive, free-jazz, 
ainsi que des domaines comme la poésie sonore ou le spoken word.
Unpedigreed Music Since 1986 
Chaque Jeudi à 22H sur Radio Libertaire

***

14/02/2020

Experimental (2)

http://brahms.ircam.fr/composers/composer/3262/

De l’impérieuse nécessité d’écouter à nouveau l'innovateur Edgar Varèse s’entretenir avec Georges Charbonnier en 1954,

pour parler des sons, de l’art, de musique expérimentale, du goût du public, de J.S. Bach et Heinrich Schütz, de Léonard de Vinci, du divertissement (entertainment), des percussions, des instruments à cordes…

essentiel!
d’une formidable modernité.




entretien avec Georges Charbonnier (1954)

***

09/02/2020

de quelques danses

 

de quelques Danses


”La musique moderne a diverses espèces d’Airs qui conviennent chacune à quelque espèce de Danse dont ces Airs portent le nom ”
Jean-Jacques Rousseau - Dictionnaire de musique - 1768


en préambule, 
quelques mots et termes relatifs à la danse, inusités ou oubliés aujourd’hui:

almée, n. f. danseuse indienne.
baler, v. danser, remuer, s’agiter
bayadère, n. f. femme indienne dont la profession est de danser devant les temples ou pagodes.
guinguer, v.i. danser, faire la fête.
memphitique, n.f.  Se disait, dans l’Egypte antique, d’une danse guerrière qui s’exécutait au son d’instruments militaires.
robardie, s. f., danse accompagnée de chants sous la feuillée, dans la verdure.
saillaresse, n.f.  danseuse
sauterelle, s. f., sorte de danse.
sauteresse, s. f., danseuse.
treschement, s. m., danse.
trescherie, s. f., danse.
trescheur, s. m., danseur.
treschier, v. n., danser.
tribalery, s. m., sorte de danse.
tricotee
, s. f., danse involontaire sous les coups que l’on reçoit.
triolet, s. m., sorte de danse.
tripudier  v. t. mot forgé du latin. Danser, sauter de joie.
Willis : Jeunes filles condamnées, d'après une légende de Bohême, à sortir de leurs tombeaux, après leur mort, et à danser toute la nuit.

***************************
Tout comme au XVIIIeme siècle, aujourd’hui, les différents styles de danse se conjuguent fréquemment avec des genres musicaux de toutes sortes.

***************************

Allemande : Danse à deux temps et à doubles croches en nombre très considérable.

Areito : Danse des esclaves des colonies sud-américaines (principalement Colombie et Panama) accompagnée de chants qui servaient à mémoriser les personnages et les événements les plus importants de leur histoire. C’est de là que viendrait, entre autres, la Cumbia colombienne, elle-même originaire des Bantous de Guinée Equatoriale.

Bacchanale : Danse bruyante et tumultueuse.
Au plur. Fêtes que les anciens célébraient en l'honneur de Bacchus.

Bachata : Genre musical de la République Dominicaine (années 60) qui puise ses origines dans le Boléro. Si les pas de la danse sont simples, les danseurs devront cependant s'efforcer de bouger leurs hanches avec sensualité comme pour la plupart des danses latines.

Bagatelle : Petit morceau de ton intime, sans forme précise, que l’on trouve déjà dans l’oeuvre de Couperin.
”L’intérêt musical de cette bagatelle est dans la mobilité perpétuelle des rythmes”
Romain Rolland, ”Beethoven,” 1928.

Balboa : La Balboa est une danse swing née dans les années 1920 sur la côte Ouest des États-Unis, plus précisément dans la péninsule de Balboa près de San Diego au dancing le "Rendez-vous". Cette danse est issue du Charleston et a été conçue pour prendre moins d'espace sur les planchers de danse.

Ballade : Un air de danse au Moyen-âge.

Barcarolle : Chant de râtelier italien ou gondolier Vénitien au rythme berceur.

Bergamasque : Danse et air de danse en usage au XVIIIe siècle.

Biguine : Danse née aux Antilles françaises connue depuis plus longtemps que l’époque de l’émancipation des esclaves en 1848. Arrivée en métropole dans les annéees 1920, elle se danse avec succès au ”Bal colonial de la rue Blomet” à Paris et se popularise avec les musiciens Stelio, Ernest Léardée, Al Lirvat et bien d’autres.

Bikutsi : Le bikutsi est une musique et une danse traditionnelle de l'ethnie Beti du Cameroun, destinée à guérir les maux, calmer la douleur de la perte d’un être cher, soulager la souffrance. Etymologiquement, le mot bikutsi signifie "battre la terre".
Ce nom indique donc que la danse doit être accompagnée par des frappements de pieds sur le sol.
Expression d'une révolte des femmes le bikutsi est né en réaction à une société Beti  fondamentalement patriarcale et phallocratique.
A l'origine joué par un orchestre de balafon et basé sur un rythme à 6/8, le bikutsi se modernise dans les années 70 avec l'introduction d'instruments modernes, notament les guitares et les percussions.



Boléro : Danse solo espagnole en mesure 3/4, modérément rapide. Les castagnettes qui accompagnent scandent le rythme: une croche, deux doubles-croches et quatre croches.
Boléro son

Boston  : Valse lente américaine.

Bourrée : Danse française ancienne très alerte en mesure 4/4. Originaire d'Auvergne, cette danse populaire aurait été introduite à la fin du XVIème siècle à la cour par Marguerite de Valois (la reine Margot).

Branle : Les branles sont une famille de danses d'Europe populaires et collectives, de tradition ancienne remontant à la fin du moyen-âge et toujours pratiquée de nos jours dans certaines régions. Les danseurs forment un rond, parfois une chaîne, se tiennent généralement par la main et balancent les bras au tempo de la danse. Les pas de base, également nommés branle, sont simples et faciles, et alternent à gauche et à droite, d'où le nom de branle.

Breakdance : expr. am.  Le breakdance est un style de danse développé à New York dans les années 1960, caractérisé par son aspect acrobatique et ses figures au sol. Des archives montrent qu'une forme de breakdance était dansée en Afrique, au Nigeria dans les années 50. 




Cake-Walk : expr. am.  A l’origine, danse des esclaves du Sud des Etats-Unis. Parfois, les colons conciliants assistaient à ces rendez-vous et récompensaient les meilleurs danseurs par un gâteau, d'où le nom de cake-walk. Progressivement le banjo puis le piano vont accompagner les chants. Cette danse, plus rapide que le Charleston, deviendra le Ragtime.

Canarie : Danse de la Renaissance décrite par Thoinot Arbeau dans son Orchésographie (1589) et par Livio Lupi da Caravaggio (1607). En forme de gigue aux figures étranges, elle serait originaire des Îles Canaries.

Cha-cha-cha : Le Cha-cha-cha se danse sur un rythme à 4 temps. C’est un style créé par le musicien cubain Enrique Jorrin qui, estimant les difficultés à danser le Mambo, décida de créer des rythmes plus simples en 2/4 avec "La Engañadora" en 1948.

Charleston : Danse d’origine américaine plus rapide que le fox-trot. Aurait pris naissance parmi les Noirs de la ville du même nom en Caroline du Sud au début du XXéme siècle et aurait eu tendance à se ralentir au fil des années pour mieux s’introduire dans la ”haute société”.

Conga :  Danse populaire urbaine d’origine africaine, très en vogue au au milieu du XIXème siècle. C'est la danse "reine" du Carnaval cubain. <<>>

Contradanza : Genre musical et danse , version cubaine de la Contredanse.

Contredanse : Danse à figures du milieu du XVIème siècle, d’origine anglaise, dansée en couples disposés en colonnes. La version française, en carré, devient populaire au début du XIXème siècle en se diffusant et se pratiquant dans les bals populaires de Paris.

Courante : Danse baroque française souvent précédée d’un allemande et suivie par une sarabande.

Cumbia : Style musical et danse originaire de Colombie, et populaire tout autour de la mer des Caraïbes, ainsi qu’au Pérou et en Argentine. La danse, très sensuelle, est une synthèse des rythmes hérités des trois cultures qui composent la population colombienne, c'est à dire indigène, africaine et espagnole.

Czardas ou Csárdás : Danse hongroise autrefois en vogue dans la haute société, mais toujours exécutée par les paysans (fêtes des moissons, mariages). Commence souvent par une introduction lente et pathétique avant de s’emporter à vive allure. Le mot csárdá désigne une auberge de la Puszta (steppe ou prairie typique du Bassin carpatique).

Danzón : Danse cubaine proche de la Contradanza-Habanera. A Matanzas, vers la fin des années 1870, Miguel Faílde Pérez va chercher à rendre sa musique plus dansante que la Contradanza et donne naissance au Danzón. La musique, plus lente, permet aux couple de danser de manière plus proche, en position fermée, avec des mouvements de hanches plus sinueux.

Ecossaise : Originellement, danse écossaise en 3/2 ou 3/4.

Fandango : Danse traditionnelle espagnole de couple, d’origine Andalouse.

Farandole : Danse populaire provençale, en forme de course rythmée sur un allegro, exécutée par une file de danseurs. Si son nom n'est attesté qu'à partir du XVIIIème siècle, elle a été représentée depuis la préhistoire par des gravures rupestres puis au cours de l'Antiquité sur des céramiques ou des fresques. Danse des rites agraires, elle était à la fois une danse de la vie et de la mort.
Le nom farandole n'est pas attesté avant le XVIIIe siècle et n'est passé dans le ”Dictionnaire de l'Académie” qu'en 1835 . Il est cité pour la première fois par Schmidlin, en 1776, sous la forme de farandoule, puis dans le ”Rapport de Lefébure”, en 1793, sous sa graphie française actuelle farandole.

Nicolas Poussin, La danse de la vie humaine

Flamenco : Danse créée par le peuple andalou datant du XVIIIe siècle. La musique et la danse flamenco ont d'abord eu des influences grecques et romaines puis indiennes, maures et juives. Selon les critères d'expressions mélodiques et des traditions culturelles, on peut compter jusqu'à 50 types de danses flamenco, appellées  ”palos”. Les claquements des mains pour accompagner le chant s'appellent ”palmas”, et la danse se nomme ”el baile”. La percussion, en plus des ”palmas” polyrythmiques, se fait souvent avec les pieds: le ”zapateado”, une sorte de claquettes inspirée de la danse de groupe de type traditionnel dite ”chacarera”, toujours pratiquée dans certains pays d'Amérique latine. Comme percussion, les castagnettes, héritage de l'antiquité romaine, sont encore parfois utilisées, suivies du mouvement des poignets. Les mains et les doigts proposent aussi des figures très travaillées et expressives appelées ”floreos”.

Folia : La Folia, également appelée Follia (en italien) ou Folies d'Espagne, est une danse apparue au XVe siècle probablement au Portugal dont le thème a servi pour des variations à plus de 150 compositeurs, de Lully à Sergueï Rachmaninov.
Des poètes écrivent des textes sur ce thème, tels Diego Sánchez de Badajoz et Gil Vicente  chez qui La Folia est associée à des personnages populaires, bergers ou paysans en général, occupés à danser et à chanter avec énergie” (d'où son nom de folia, qui signifie à la fois "amusement débridé" et "folie" en portugais).

Forlàna : Danse italienne, originaire au xviie siècle des bals du Frioul, stylisée dans le ”Tombeau de Couperin” de Maurice Ravel. Elle était dansée par un ou deux couples, avec des gestes heurtés et avait comme réputation sa légèreté licencieuse.

Forro : Originaire du Nordeste au Brésil, c’est la musique des bals de village. De style caribéenne, la musique est principalement jouée par l’accordéon et des percussions. Ce genre musical provient d'un mélange du tambour indien des précolombiens et de l'accordéon des colons européens. Les instruments traditionnels du forró sont le triangle, l'accordéon et un gros tambour plat appellé zabumba.




Fox-trot : Danse binaire apparue aux Etats-Unis parmi la population noire au début du XXème siècle. Elle comporte principalement trois figures: la marche, les pas courus et les pas glissés.

Gaillarde :  Danse de couple à trois temps (en mesure 3/2, 3/8 ou 6/8) apparue en Lombardie vers 1480.

Gavotte : Vieille danse populaire française d’allure modérée, devenue danse de salon au XVIéme siècle.

Gigue : Danse vive et gaie d’origine anglaise.

Guajira : Genre musical originaire de la région orientale de Cuba, et danse aux rythmes très cadencés.  Mais la Guajira cubaine puise ses racines également en Espagne puisque la Guajira espagnole, ou Punto Guajiro, existait au 18ème siècle et s'était répandue dans les îles Canaries avec l'usage de la guitare et du timple (instrument similaire au cuatro mais avec 5 cordes) que l'on retrouve dans la musique cubaine. La guajira la plus connue est très certainement ”Guantanamera” chantée en 1928 sur les ondes d’une radio de Guantanamo par Joseito Fernàndez.

Gymnopédie  : Danse pratiquée par de jeunes danseurs nus à Sparte, destinée à renforcer le moral spartiate après la défaite d’Hysiai. Inspiré par ces danses de l’Antiquité grecque, Erik Satie a composé en 1888 trois pièces atypiques pour piano intitulées ”Gymnopédies” devenues célèbres.



Habanera : Danse issue de la contradanza, née dans les années 1830 à La Havane (Cuba). C’est le compositeur basque espagnol Sébastien de Yradier y Salaverri (1809-1865) qui fait venir cette danse de la capitale de Cuba jusqu’en France où elle devient à la mode. En 1863, il écrit "El Arreglito" ("Le Petit Arrangement") qui rencontre succès quand la soprano Mila Traveli l’interprète au Théâtre Impérial Italien de Paris. Quand Georges Bizet écrit son opéra Carmen (1875), il n’hésite pas à reprendre la mélodie de ”El Arreglito” pour ”L’amour est un oiseau rebelle”, la célèbre habañera qui sert d’entrée à son héroïne au premier acte.

Hora : Danse traditionnelle collective, typique des folklores des Balkans, de Roumanie et Moldavie dont la spécificité est un grand cercle ouvert ou fermé.

Hopak : Danse traditionnelle ukrainienne.

Hula : un type de danse accompagné de chant qui s'est développé dans les îles hawaïennes chez les Polynésiens. 

Jitterburg ou Lindy Hop : Danse de rue qui s'est développée dans la communauté noire-américaine de Harlem à New York vers la fin des années 1920, en parallèle avec le jazz et plus particulièrement la musique swing.

Jive : Descendant du Lindy Hop, cette danse est devenue populaire en Europe pendant la Seconde Guerre mondiale par la musique swing de Benny Goodman et Glenn Miller, ce après avoir d'abord conquis l'Ouest, puis les médias du Nouveau Monde, en 1940, sous le nom de Jitterbug.

Jota : Danse espagnole (aragonaise) apparentée au fandango. Elle date du XIIème siècle et elle aurait été inventée par le troubadour arabe Aben-Jot de Valence. Selon la légende, le roi Muley Tarik du royaume de Valence a appris qu'un Arabe nommé Aben-Jot a enragé le peuple avec une chanson et une danse d'un personnage profane, qu'il avait lui-même inventé. Tarik, poussé par son fanatisme religieux, décréta son expulsion du royaume de Valence. Cet arabe s'est réfugié à Calatayud, où ce style de chant et de danse a été popularisé. En hommage à Aben-Jot, les habitants de Calatayud ont pris pour ce genre le nom de Jota.



Kalamaïka : Danse favorite des Hongrois, d'un mouvement animé et en mesure à 3/4. Elle est composée de deux parties, chacune de quatre mesures avec des reprises.Le deuxième duo pour violon de Béla Bartók porte le nom de cette danse.

Kehraus : Ancienne danse d'invention allemande avec laquelle on terminait parfois les bals.

Krakowiak : Danse née à Cracovie en Pologne. Rapide et syncopée à deux temps, elle est connue pour imiter les mimiques du cheval.

Ländler : Danse traditionnelle allemande populaire à la fin du XVIIIème siècle qui se danse en rond. Elle arrive en France sous le nom d’Allemande, proche du Menuet.

Lindy Hop : Danse née dans les années 1920 dans la communauté afro-américaine de Harlem. Elle est issue du mélange de plusieurs danses : le Charleston, les Claquettes pour les jeux de jambes, le Foxtrot pour les rythmiques, le Jazz Roots pour son style.

Loure : Danse paysanne française du XVIIe siècle à 6/4 au mouvement modéré .

Maclottemot wallon  Danse : ”vous y dansiez petite fille, y danseriez vous mère-grand? C’est la maclât qui sautille. Toutes les cloches sonneront” Guillaume Apollinaire

Madison : Le madison est une danse en ligne, créée à la fin des années 1950 aux États-Unis et popularisée au début des années 1960. Il s'agit d'une danse sans contact qui se pratique en ligne, seul ou en couple.




Makossa : Musique et danse camerounaise. Ce genre est issu d'une danse traditionnelle sawa, l'Ambas-Bay, avec des influences significatives de jazz, de musique antillaise, de musique latine, de highlife et de rumba. Ce style musical urbain fait partie des quatre rythmes principaux au Cameroun avec le bikutsi, le mangambeu et l'assiko.
Le makossa a été principalement popularisé en France par Manu Dibango.

Mambo : Genre musical cubain et style de danse. Le Mambo est une danse rapide originaire de l’île de Cuba,  proche du Danzón, qui commence au second mouvement de la musique, comme le Boléro. C'est aussi, comme le Bolero, une danse très sensuelle en raison du mouvement des hanches des danseurs. Le mot ”mambo” vient des Bantous du Congo et signifie ”conversation avec les dieux”. En 1937, Orestes Lopez compose avec Cachao un chanson appelée ”Mambo”. Et à partir de 1947, Pérez Prado enregistre ”Que rico el mambo” puis rencontre le chanteur Beny Moré avec lequel il crée les célèbres ”Mambo N°5” et ”Mambo N°8”. En France c’est Brigitte Bardot qui popularise le Mambo dans le film Et Dieu créa la femme”.

Matassins : Nom qu'on donnait autrefois à certains danseurs, qui portaient des corselets, des morions dorés, des sonnettes aux jambes et l'épée à la main avec un bouclier. Nom de la danse qu'ils dansaient.

Mazurka : Danse nationale polonaise qui connut une très grande vogue dans les salons européens au XIXème siècle.

Menuet : Danse traditionnelle de la musique baroque, à trois temps et à mouvement modéré, gracieuse et noble. Ce type de danse pourrait avoir pour origine le branle du Poitou. C’était une des danses préférées de Louis XIV et de sa cour.



Mérengué : Danse d’origine controversée, jouée en Haïti et  République Dominicaine depuis le XVIIIème siècle. On raconte qu’un personnage de la révolution haïtienne de 1791 fut accueilli chez lui pour célébrer la victoire; le malheureux ayant une jambe de bois se mit à danser avec la foule qui se mit à l'imiter et à danser d'une manière qui resta dans le temps et évolua pour donner le pas de base du merengue.

Moonwalk : Un des mouvements de breakdance d’un clip de Michaël Jackson où il semble avancer alors qu’en réalité il recule.

Musette : Danse pastorale française des XVIIe et XVIIIe siècles. Mais la musette est tout d’abord un instrument à vent analogue à la cornemuse et comportant un sac en peau de mouton ou de chèvre, une anche, un ou plusieurs tuyaux et un soufflet que le joueur tient sous son bras.

 
musette berrichonne


One-step : Danse à deux temps d’origine américaine à la mode en Europe après la première guerre mondiale.

Passacaille : Danse d’origine italienne ou espagnole bâtie sur un ostinato varié et proche de la chaconne.

Passamezzo : Proche de la Pavane, danse de la Renaissance italienne de rythme binaire.

Passe-pied : Vieille danse bretonne d’allure rapide, qui s’apparente au menuet.

Passodoble ou Passo doble :  Danse espagnole à deux temps exécutée sur une musique plutôt martiale généralement jouée pour les corridas.

Pastourelle :  Nom donné à une des figures de la contredanse française. On nommait anciennement Pastourelle, une sorte de comédie spirituelle et religieuse qui était exécutée autrefois dans plusieurs églises aux laudes de Noël. Ces comédies furent abrogées par la faculté de théologie de Paris.

Pavane : Danse de cour lente et majestueuse, dansée par des trios disposés en cortège, très en vogue en Europe aux XVI et XVIIèmes siècles. Son nom viendrait de Padoue en Italie dont elle serait originaire ou, selon d'autres sources, elle dériverait de l’espagnol pavo qui signifie ”paon” ou bien du verbe se pavaner car cette action se fait avec lenteur.
”Ce nom de Pavane lui fut donné parce que les figurants faisoient, en se regardant, une espèce de roue à la manière des paons; l'homme se servoit pour cette roue, de sa cape et de son épée qu'il gardoit dans cette danse, et c'est par allusion à la vanité de cette attitude qu'on a fait le verbe réciproque se pavaner”
Jean-Jacques Rousseau - Dictionnaire de musique - 1768

Plinn : Danse traditionnelle du centre Bretagne

Polacca : Sorte de polonaise.

Polka : Danse d’origine tchèque ou polonaise, en vogue au XIXème siècle. Elle a tous les signes du type original, des allures vives, brusques, tumultueuses, rudes, mais gaies et souvent voluptueuses.

Polonaise : Danse à mouvement de marche lente et solennelle populaire aux XVII et XVIIIèmes siècles.

Quadrille :  Danse d'un caractère très gai, d'un mouvement vif, dont la mélodie est de 2/4, et qui a deux reprises de huit mesures chacune. On appelle aussi quadrille un groupe de quatre danseurs et de quatre danseuses qui figure dans les ballets et les grands bals, et qui se distingue des autres groupes par un costume  particulier.

Rabardie : Danse bruyante printanière accompagnée de chants sous la feuillée.

Ranchera : Style musical du Mexique, devenu populaire à l’époque de la Révolution Mexicaine avec ses héros comme Emiliano Zapata et Pancho Villa. La ranchera la plus célèbre est sans aucun doute ”Cielito lindo”. Similaire au Zapatero espagnol, la Ranchera est une danse en 3/4 plutôt folklorique.

Redowa : Danse à trois temps d’origine tchèque ayant beaucoup d'analogie avec la Mazurka, et elle en a les mêmes proportions. C'est sur le troisième temps que doit porter la mélodie.

Rigaudon ou Rigodon : Danse provençale apparentée à la bourrée.

Rock’n’Roll : Le Rock à 4 temps, le Rock à 6 temps inspiré du Swing des années 30, le Boogie Woogie, héritier du Jive, le Bebop, le Rock acrobatique...

"Let's Rock!"   Elvis Presley



Rumba : Danse d’origine populaire cubaine comme la habanera ou la guajira. Vers 1930, le son cubain est renommé rhumba aux États-Unis, sous l'impulsion de Xavier Cugat, et la rumba devient une danse de salon. Le verbe ”danser” se dit "rumbiar" dans la tradition cubaine.

Sabotière : Sorte de danse paysanne qui s’exécute avec des gens chaussés de sabots qu’on frappe au sol.

Saltarella : Vieille danse joyeuse italienne rapide en mesure 3/8 dont les origines remontent au saltatio des Latins. De la même famille que la tarentelle.

Saltatio : Sous ce même titre, en Grèce et en Italie, les anciens comprenaient plusieurs  sortes d’exercices qui n’avaient guère de rapports entre eux: les danses religieuses, les danses gymnastique et guerrières, les danses mimiques, les danses corybantes… Plus de précisions ici.

Sarabande : Vieille danse espagnole accompagnée de castagnettes et de tambours de basque, apparue en Espagne à la fin du XVIème siècle.

Sardane : Danse populaire catalane (6/8)  dans laquelle plusieurs personnes se donnent la main et évoluent en cercle.

Séguedille ou Séquidille : Danse espagnole rapide  d’origine andalouse; ses pas empruntent ceux du Fandango et de la jota aragonaise. cf. l’aria ”près des remparts de Séville” dans ”Carmen” de Georges Bizet.

Shimmy : Danse qui trouve ses fondements aux Etats-Unis dans la danse noire de la fin du XIXème siècle et doit son nom (chemise) à son mouvement caractéristique: les danseurs se secouant comme s’ils voulaient faire glisser leur chemise le long du corps. En adoptant le rythme de cette danse, Erwin Schullhoff composa ses variations jazz: ”kitten on the keys”.
NB: The definition of shimmy is when a woman with big enough breasts shakes her torso along with her breasts and shoulders from side to side causing her breasts to shake in erotic motion.The word shimmy was a word most used during the 1920s when shimmying was more popular.

Sicilienne : Vieille danse italienne en 6/8 ou 12/8

Sirtaki : Danse grecque popularisée hors de son pays par le film ”Zorba le grec” réalisé par Michael Cacoyannis (1965).

https://www.youtube.com/watch?v=JPuVYti3WVc



Swing : Les origines de la danse swing remontent aux années 1920, avec le Charleston. La musique  swing est un courant du jazz dont le côté ternaire (en 8/12) donne un côté rebondissant (swing signifie "balancer"). Le swing en danse de couple est caractérisé par un guidage du corps face à face, en parallèle sans contrepoids ni guidage avec les bras. Beaucoup de danses swing incluent un "bounce" qui est une sorte de rebond dans le sol.
https://www.youtube.com/watch?v=RoNw068t8n4

Tango : Le Tango est une danse sociale et un genre ”rioplatense”, c’est à dire du Rio de la Plata, dans les faubourgs de Buenos Aires en Argentine, née à la fin du XIX e siècle et qui fut introduite en Europe, comme danse moderne, en 1911.




Tarentelle : Danse traditionnelle napolitaine très rapide. La tarentelle, selon les croyances, était une danse permettant de guérir un malade souffrant d'une morsure de tarentule. Si la tarentule est impressionnante, le venin injecté lors de la morsure inflige à peine plus de souffrances qu'une piqure de frelon. En revanche, une autre araignée peuple cette même région de Tarente, Latrodectus tredecimguttatus. Bien plus petite et plus dangereuse, sa morsure peut provoquer des lésions et perturbations psychologiques et physiques assez importantes. La thérapie par tarentelle pourrait donc venir de la morsure de cette araignée.
Quelques tarentelles célèbres ont été composées par Rossini, Chopin, Schubert, Saint-Saëns, Glinka, Fauré, Bizet, Debussy, Chostakovitch …

Tourdion ou Tordion: Danse de couple rapide, légèrement sautée, constituant l'un des éléments de la basse danse. En vogue en France au début du XVIème siècle, le tourdion disparaît avant la fin du siècle.

Tricotets : Ancienne danse très vive du XVIIIème siècle, ainsi nommée parce que le mouvement du pied y est aussi prompt que l'est celui de la main en tricotant.

Twist : Danse des années 60 qui consiste à tortiller en rythme son bassin (et son arrière-train), les bras à demi pliés accompagnant le mouvement, avec alternativement une jambe tendue et l'autre en flexion, voire décollée du sol. Le point de départ de la vague twist est le morceau "The Twist", composé et enregistré par Hank Ballard en 1959.

 
quelques belles archives avec "the twist"

Tyrolienne : Danse apparentée au ”Ländler” dont il est une imitation française.

Vallenato : Style musical provenant de la partie côtière du Nord Est de la Colombie sur la mer des Caraïbes, et plus précisément de la région de Valledupar (les paysans de cette région disaient qu’ils provenaient de la Vallée : ”Soy del Valle nato”) . Ce genre musical se propage donc au Venezuela et au Panama. Dans les années 1960/70 le Vallenato qui se danse lentement corps contre corps est en concurrence avec le Merengue de la République Dominicaine, et la Salsa qui se diffuse dans toutes la Caraïbe et aux Etats-Unis.

Valse : Danse en trois temps, plus rapide qu’à l’origine. La valse vient de l'allemand ”Walzer” qui signifie ”tourner en cercle”. Elle a gagné ses lettres de noblesse dans les années 1780 à Vienne et s'est ensuite répandue en Occident.

Vignone : Ancienne danse française. Féminin de l’ancien français vignon (vigneron) … danse des vignerons.

Villanelle : Sorte de danse rustique dont l’air doit être gai, marqué, d’une mesure très sensible.

Volte ou Volta :  Ancienne danse hors d’usage, du genre de la gaillarde, et dont l’air était écrit en mesures 3/4.

Xacara : Ancien air de danse ou de ballade espagnole à l'origine de la tonadilla, opéra-comique espagnol, court et à effectif réduit.

Zapatéado : Danse espagnole qui s'exécute sur un air à 3/8, et qui présente quelque analogie avec la sabotière.

Zorongo : Danse gitane d’Andalousie accompagnée par un tambour de Basque et des guitares.


Zouc : Danse et musique originaire des Antilles françaises.

Zumbarella : Danse d'origine ancienne. C’est aussi la musique typique de Castiglione Messer Marino, une province d'Italie centrale dans les Abruzzes. Cette danse semble remonter au saltatio, qui fut très populaire chez les Latins avant la conquête romaine. C'est une danse de bergers et de paysans.



-¨¨<>¨¨-

03/02/2020

Nuova Consonanza



Nuova Consonanza, also titled Gruppo di Improvvisazione Nuova Consonanza is an association of contemporary italian composers founded in Rome between 1959 and 1962 on the initiative of Mario Bertoncini, Mauro Bortolotti, Antonio De Blasio, Franco Evangelisti, Domenico Guaccero, Egisto Macchi and Daniele Paris.
This group with variable geometry hosted lots of other composers to promote contemporary and avant-garde music in Italy by organizing festivals, conventions, conferences, music competitions and concert activities. 
 

Among others invited composers, there was Walter Branchi, John Heineman, Roland Kayn, Ennio Morricone, Ivan Vandor and Frederic Rzewski.





Many records were published

https://www.discogs.com/fr/artist/146775-Gruppo-di-Improvvisazione-Nuova-Consonanza


An interresting documentary 
by the german film director Theo Gallehr




***

29/01/2020

One




"One" is a chamber opera for soprano and soundtrack proposed by the dutch composer Michel van der Aa. This piece, premiered in january 2003 with Barbara Hannigan, received the Matthijs Vermeulen Award.
The amazing theatrical performance of the protagonist is supported and complemented by video images. 

Synopsis
Five old women each tell about a fundamental and identical incident in their life. The protagonist of the piece turns out to have played a key role in each of these incidents. Gradually we discover what her relationship to the old women is, and a penetrating portrait arises of a woman who has completely lost herself.




***