”La terre, il se pourrait bien après tout que ce soit une espèce
de merveilleux petit appareil enregistreur, plaçé là par on ne sait qui,
pour capter tous les bruits qui circulent mystérieusement dans l’Univers.”
Pierre Reverdy - ”En vrac” - 1929

"Le rôle de l'artiste créateur est de créer des lois, non pas de suivre celles qui sont déjà faites"
Ferruccio Busoni

"Go, go, go! ... Go! go! ..."
John Lee Hooker

15/01/2019

Gobe-mouches


"Le petit gobe-mouches" est un livre publié par Christian Bourgois Editeur en 1979. 

Conçu par le poète et typographe Jérôme Peignot, grand amateur et créateur de  poésie visuelle, de Typoèmes et de Calligrammes, "Le petit gobe-mouches" fonctionne comme un dictionnaire où "les mots se prêtent à merveille à l'élaboration de construction qui, fondée en raison linguistiquement parlant, ne ressortent que du langage et de lui seul".

Recensés dans cet ouvrage passé au peigne fin, voilà quelques uns de ces mots relatifs au monde du sonore et du musical.

Bolero : ce n'est pas parce qu'on entre dedans qu'on prend une veste. 
Bugle : fleur bleue du régiment.
Chalumeau : on ne peut s'en servir que si l'on connaît la musique. 
Chanteur de charme : il faut l'arroser si on veut qu'il en pousse un.
Chef d'orchestre : s'il y en a un qui mène les choses à la baguette, c'est bien lui.
Concert : lors de celui des nations, les violons sont rarement accordés.
Contredanse : fait valser.
Courante : on connaît la musique.
Disque : on a beau le changer, le contractuel connaît la musique.
Dur de la feuille : à oreilles caduques.
Facteur d'orgue : lui aussi se préoccupe de timbres.
Fugueur : J.S.Bach a prouvé qu'on pouvait faire des fugues sans en être un.
Grosse caisse : le seul moyen de savoir ce qu'elle a dans le ventre c'est de taper dessus.
Guimbarde : rare est celle qui ne fait pas vibrer une corde sensible.
Java : on peut la faire sans y aller.
Luthier : c'est dans ses cordes de faire aussi des touches.
Musette
  1 : sous forme de bal, les riverains eux aussi, l'ont sur le dos. 
  2 : lorsqu'on ne va pas au bal,on ne l'a pas forcément dans le dos.
Oiseau-lyre : la musique de l'air.
Opéra bouffe : nourrit rarement son mélomane.
Orgue : avec lui, souffler c'est jouer.
Ouïes : grâce à elles, les poissons s'y entendent pour respirer.
Paroles : on a beau boire celles de quelqu'un, elles ne vous soûlent jamais.
Pavillon : celui de l'oreille héberge les sons.
Piano : ce n'est pas parce que sa facture est une affaire réglée que son luthier l'a été.
Point d'orgue : quand une partition vous ennuie, il arrive à point nommé.
Polka : qu'on sache ou non la danser, avec elle on a du pain sur la planche.
Portée : ne déroute pas les animaux: ils connaissent la musique.
Portugaises
  1 : quand elles ne sont pas ensablées, elles retiennent les perles.
  2 : en elles, les bougeoises parisiennes trouvent souvent des perles.
Potins : ce ne sont pas forcément les plus petits qui font le moins de bruit.
Quinte : fait tousser en musique.
Scie (musicale) : on vibre avec elle.
Son : c'est parce qu'il a un timbre qu'il voyage.
Tambour : quand on sait comment il résonne, on est en droit de se demander pourquoi on le met toujours en avant.
Tango : danse haute en couleur.
Téléphone arabe : de babouche à oreille.
Tourne-disques : devrait équiper les voitures en stationnement.
Trompe : Eustache n'est pas le seul à en avoir.
Trompette de la mort : champignon pour départ en fanfare.
Tympan : c'est grâce au sien qu'une église a l'oreille de Dieu.
Tyrolienne : il est naturel que ce soit toujours les hommes qui la chantent.


illustration de Valerio Adami


***




Aucun commentaire: