”La terre, il se pourrait bien après tout que ce soit une espèce
de merveilleux petit appareil enregistreur, plaçé là par on ne sait qui,
pour capter tous les bruits qui circulent mystérieusement dans l’Univers.”
Pierre Reverdy - ”En vrac” - 1929

"Le rôle de l'artiste créateur est de créer des lois, non pas de suivre celles qui sont déjà faites"
Ferruccio Busoni

"Go, go, go! ... Go! go! ..."
John Lee Hooker

25/09/2012

The Turin horse



The begining of the amazing last movie of Béla Tarr starts with the story of a horse, in Torino, which is violently whiped by his coachman. The story says that Friedrich Nietzsche who was there embrace the neck of the animal, before to burst out stobbing... before to lose his mind.

"Nietzsche fut assez fou pour pleurer auprès d’un animal, sous le regard ou contre la joue d’un cheval que l’on frappait. Parfois je crois le voir prendre ce cheval pour témoin, et d’abord, pour le prendre à témoin de sa compassion, prendre sa tête dans ses mains”.
Jacques Derrida - "L'animal que donc je suis"  - ed. Galilée - 2006
 
As usual, the floating camera of the great artist Béla Tarr, in an absolute fluidity, works to generate a sensitive journey in clouds, dreams, torpor and sublime emptiness' contemplation.
A continuous wind, provoked by an helicopter during the filming, as well a minimal musical phrase used as a metronomic counterpoint bring us in a luminous meditation about existence of human being.
A masterpiece!

Aucun commentaire: