”La terre, il se pourrait bien après tout que ce soit une espèce
de merveilleux petit appareil enregistreur, plaçé là par on ne sait qui,
pour capter tous les bruits qui circulent mystérieusement dans l’Univers.”
Pierre Reverdy - ”En vrac” - 1929

”J’entends tous les bruits de la terre grâce à mes oreilles et mes nerfs de cristal
dans lesquels circulent le feu du ciel et celui des volcans.”
Michel Leiris - ”Le point cardinal” - 1927

"Go, go, go! ... Go! go! ..."
John Lee Hooker

24/09/2020

Rares instruments


Ophicléide: n.m. Instrument métallique de musique à vent, de la famille des cuivres, qui a remplacé, au XIXe siècle, l'ancien serpent, à usage religieux mais aussi militaire. L’étymologie du mot provient du grec ὄφις, ophis qui signifie ”serpent” et de κλείς, -δός, kleis, -dos qui signifie ”clé”.





L'ophicléide a remplacé le serpent à l'église puis a intégré l'orchestre symphonique (Berlioz en fait usage, notament dans sa Symphonie Fantastique) dès 1817 avec l'opéra "Olimpia" de Gaspare Spontini.

«[...] Le timbre de ces sons graves est rude, mais il fait merveilles, dans certains cas, sous des masses d’instruments à cuivre. Les notes très hautes ont un caractère sauvage dont on n’a peut être pas encore su tirer parti. Le médium, surtout lorsque l’exécutant n’est pas très habile, rappelle trop les sons du serpent de cathédrale et du cornet à bouquin; je crois qu'il faut rarement les laisser à découvert. Rien de plus grossier, je dirais même de plus monstrueux et de moins propre à s’harmoniser avec le reste de l’orchestre, que ces passages plus ou moins rapides, écrits en forme de solos pour le médium de l’ophicléide dans quelques opéras modernes: on dirait d’un taureau qui, échappé de l’étable, vient prendre ses ébats au milieu d’un salon ». in "Traité de l'orchestration" de Berlioz

   2 serpents du XIXeme

Mais à la fin du XIXème siècle, l'ophicléide, du fait de l'inégalité de son timbre, tombe en désuétude. Il est alors remplacé par le tuba, instrument à piston,  beaucoup plus puissant et stable.

***

Toutes les images ont été prises à l'occasion d'une exposition d'instruments à vent, "Cuivres d'avant", que collecte le musicien Jacques Couvez. Une partie de sa collection, qu'il expose ici et là au fil du temps, est à voir sur son site "Vents d'avant" 


   cornet à deux pistons - circa 1840

  cor naturel-Finck - Strasbourg - avec ses 9 tons

____________________________________________




La pandore est un instrument à cordes pincées, du genre luth, inventée autour de 1562 par le constructeur anglais John Rose, instrument de la famille des cistres. 
6 à 9 chœurs doubles acier et laiton, frettage métallique et forme de caisse assez tourmentée. La pandore est souvent utilisée dans les "Broken Consort" dans le rôle de basse continue.


 ***

23/09/2020

Morley & Orcutt guitar duet


An amazing  guitar duo with Bill Orcutt and Michael Morley (guitar player of The Dead C.  and Gate) in regard of their Palilalia's LP "Electric guitar duets", reissue of Land & Sea’s limited 2016 tape recorded at the L&S gallery in Oakland.

"Land & Sea" recorded in 2016

 

 and as a bonus track , a Bill Orcutt's solo evocating what we call in french langage  "murmure" , which basically means whisper in english. 

Bill Orcutt - "the world without me"  with this amazing clouds of starlings!

 

*"{ø}"*

20/09/2020

Amsterdam 1643

 


Ambiance sonore de la ville d'Amsterdam en 1643, décrite par l'auteur cubain Leonardo Padura 

dans son formidable roman "Hérétiques".



 

*****************

16/09/2020

FUJI||||||||||TA

 

FUJI||||||||||TA, real name Fujita Yosuke, is a Japanese sound artist. 

He published in april 2020 iki's LP (iki means breath) for the Swiss-based Hallow Ground label

On these four pieces of this amazing LP, Fujita explores the idiosyncratic sound qualities of the pipe organ he has built all by himself in 2009.

infos en français sur "Le son du grisli"


Long sustained notes, soft clicking of air pump, diaphanous melodies, discrete rhythmic and hypnotic drones: 
the artist’s skill paints a rich sonic mental landscape with only a reduced palette.

 

more music by FUJI||||||||||TA

 

!*|O|*!
 

10/09/2020

Jean Eichelberger Ivey

 

Jean Eichelberger Ivey (1923 - 2010) was an american composer as innovator in matter of electronic music.

She founded the Peabody Electronic Music Studio in 1967, and taught composition and electronic music at the Peabody Conservatory of Music until her retirement. 

Most of her electronic works were composed for mixed mediums including acoustic instruments and voice. 

 


 

"I consider all the musical resources of the past and present as being at the composer's disposal, but always in the service of the effective communication of humanistic ideas and intuitive emotion."

A 1987's conversation with Bruce Duffie

and "Skaniadaryo", a piece for piano, played by David Wimer, and electronics.


 

*-*-*

07/09/2020

Alger




à paraître le 10 septembre 2020 aux Editions Verdier.


Avec  sensibilité l'auteur fait se rencontrer les grands rendez-vous historiques, souvent tragiques,
de cette ville et de ces territoires d’Algérie et la saga de sa propre famille.
Très touchants sont les détails de son enfance, d’une robe portée, d’un chemin
pris pour se rendre à l’école, d’une photo d'une maison habitée ou convoitée,
d’un gâteau dégusté … etc...
Avec l'humilité de son ignorance avouée de l’ignorance de certain(e)s des protagonistes de l’histoire
de sa famille, Béatrice Commengé nous fait traverser cette ville envoûtante
ainsi que son histoire encore française des années 60.


*--_--*

01/09/2020

Solciste

 


An amazing repetitive music composed by François Bernard Mâche in 1975,

titled "Solstice"

 for harpsichord played by the (very) great Elisabeth Chojnacka 

and organ by Jean-Louis Gil

 with an interresting interview archived by the INA to follow here

(in french langage - notice that you can choose the extracts of this long interview)  

"(Solstice) ... c'est pas une oeuvre répétitive à proprement parler mais c'est quand même une oeuvre qui tranche avec la plupart des autres. Je la concevais un peu comme un divertissement à l'époque, ce qui agaçait beaucoup l'interprète qui l'avait créée, Elisabeth Chojnacka, parce qu'elle considérait qu'au contraire, c'était une oeuvre intéressante, et elle disait même : "ça, c'est du répétitif intelligent". Alors donc, en effet, il y a quelque chose de répétitif mais c'est une oeuvre où il y a une influence indirecte de musique orientale, seulement il n'y a pas de mise en boucle.C'est constamment dissymétrique"

 

 _________________