”La terre, il se pourrait bien après tout que ce soit une espèce
de merveilleux petit appareil enregistreur, plaçé là par on ne sait qui,
pour capter tous les bruits qui circulent mystérieusement dans l’Univers.”
Pierre Reverdy - ”En vrac” - 1929

”J’entends tous les bruits de la terre grâce à mes oreilles et mes nerfs de cristal
dans lesquels circulent le feu du ciel et celui des volcans.”
Michel Leiris - ”Le point cardinal” - 1927

"Go, go, go! ... Go! go! ..."
John Lee Hooker

26/09/2019

Tombeaux

http://beyond-the-coda.blogspot.fr/2011/11/paul-metzger.html

Comme toujours, un concert de Paul Metzger nous laisse dans un état de stupéfaction et de bonheur intense. Ses improvisations sur banjo modifié (23 cordes) ou guitare, témoins d'une large culture musicale et d'une technicité sans nom, nous empêchent toute autre écoute pendant plusieurs heures.
Ici, un extrait d'un concert donné à Charleroi en Belgique, trois jours après celui qu'il a donné à Paris aux Nautes en décembre 2013.

As often, a Paul Metzger’s concert let us in a state of stupefaction and intense happiness. His improvisations on modified banjo (23 strings) or guitar, witnesses of a large musical culture and an unnamed technicality, prevent us from listening for several hours.
Here, an excerpt from a concert he gave in Charleroi, Belgium, three days after the one he gave in Paris to the Nautes in December 2013.

Amazing!




"In 1979, Paul Metzger drilled a few innocent holes into a Yamaha acoustic guitar. A self taught musician with 5 years of playing behind him, Metzger was growing tired of the conventions of the instrument. This lobotomy was the first of many surgeries that would follow in years to come. Strings were added, subtracted, added again; the frets of the neck were disemboweled and retrofitted with a sarod like metal fingerboard plate; paint was splattered over it, a rejigged music box was affixed to the guitar's belly, a crash cymbal mounted to its bottom. On the face of it, the instrument took on the look of a piece of tramp art. "
Published by Miguel Capon for "13 questions" on "Prepared guitars" 

 

A signaler son disque  "Tombeaux" chez Nero's Neptune, dans lequel l'une des trois pièces est une adaptation d'une pièce de Debussy.

In his ”Tombeaux” CD published by Nero’s Neptune, one of the three pieces is an adaptation of a Debussy’s piece.


                          more to listen to


25/09/2019

One for violin solo

"One for violin solo" , a Nam June Paik's piece from his classic Fluxus compositions - 1962


Nam June Paik's "One for Violin", 
performed during Neo-Dada in der Musik, Kammerspiele, Düsseldorf, June 16, 1962 
 
 
original picture of this performance - courtesy of MOMA

 

***

16/09/2019

Jean Raine, acousticons et sonotones

"Il faut que je survive à ma tendre jeunesse pour que je sache enfin que le surréalisme fut
il fut mort bien longtemps mais laisse des adresses à présent où les morts ne se sont pas complus"


Jean Raine (1927-1986) est un peintre, poète, écrivain et cinéaste belge.


Il rencontre Pierre Alechinsky au milieu des années 40 et grâce à leur amitié, il participe en tant que poète et cinéaste à l’aventure du groupe CoBrA. Il rédige notament les commentaires du film "Perséphone"
le seul film CoBrA réalisé par Luc de Heusch. 
Il publie des textes dans plusieurs numéros de la revue 
et organise Le Festival du film expérimental et abstrait lors de la deuxième exposition d’art expérimental CoBrA au palais des beaux-arts de Liège en 1951. 



Très intéressé par le surréalisme, il rencontre à Bruxelles René Magritte, puis à Paris,
il rend visite à André Breton 
qui lui fait connaître le docteur Pierre Mabille
avec lequel il réalise son premier film documentaire sur le Test du Village.

Il est l'ami de Marcel Broodthaers, Théodore Kœnig, Kenneth Anger.

En tant qu'ancien patient de l'Institut de psychiatrie de l’hôpital Brugmann, Jean Raine fait partie des fondateurs du "Club Antonin Artaud" en 1962. En proposant comme thérapie la pratique d’une discipline artistique, ce club s’inscrit dans le courant de la déshospitalisation psychiatrique.


https://jeanraine.com/


De nombreux documents sonores et visuels à consulter sur son site
Jean Raine documents

Et entre autres, en 1949, un texte sur le son au cinéma: Acousticons et sonotones

12/09/2019

Daniel Johnston


Daniel Johnston is an american singer, songwriter and visual artist who rose to underground fame in the ’80s.
At the age of 58, he flyed away after a heart attack.

http://www.hihowareyou.com/


Born in Sacramento in 1961, he collaborated with number of artists like Jad Fair (a founding member of Half Japanese, who've also done Daniel's songs), the Butthole Surfers, Bongwater/Shimmydisc guru Kramer, and members of Sonic Youth. He gained considerable notoriety in the last twenty years as an outsider and produced lot of homemade lo-fi cassettes & CDs including his songs, playing guitar, piano and organ.


"When I was a kid, probably nine, I used to bang around on the piano, making up horror movie themes. When I got a bit older, I'd be mowing my lawn and I'd make up songs and sing them. No one could hear me 'cause of the lawn mower."


 

"Daniel Johnston, a super hero in Paris" is a lo-fi movie directed in 2007 by the french artist  Olivier Nourisson in Paris when Daniel Johnston was presenting his drawings in a personal exhibition.


08/09/2019

Rien et le silence


 

Le RIEN est une réalité physique, le RIEN est immense, peut-être même infini, ce qui n’est pas RIEN.
Et le SILENCE apparait comme un indice du RIEN, car RIEN ne se passe.

RIEN / SILENCE : Le RIEN n'est jamais rien.
Se souvenir d'avoir entendu dans le désert du Sahara une lointaine plainte qui ressemblait au son que la mer fait sur un rivage. Aucun vent, aucun souffle d'air, du sable, des pierres, des dunes, à des kilomètres de l’oasis aux portes du désert… S’attendre à approcher de près le réel SILENCE. Et comprendre bien plus tard qu'il s'agissait probablement du phénomène acoustique connu qu'on appelle "le chant des dunes", décrit par Marco Polo au XII ème siècle, et analysé depuis par nos scientifiques contemporains.
En roulant les uns sur les autres, les grains de sable se cognent. Lors de cette collision, de l’énergie est transmise sous forme de vibrations. Il est souvent créé à des kilomètres de là par des sortes d'avalanches de sable .
Se croire au milieu de RIEN, plongé dans le SILENCE qui n’en est pas un.

Un autre SILENCE remarquable à approcher serait une visite dans la chambre anéchoïque de l'IRCAM (communément appelée "chambre sourde") qui est une des deux plus "sourdes" du monde : y entendre seulement tous les sons de son corps, les flux sanguins, la respiration, les battements de son coeur... etc...
A noter qu’il est d'ailleurs interdit de pénétrer dans cet endroit seul: dans des moments de fragilité personnelle, on peut y perdre la raison!



Dans sa ”Conférence sur rien”, John Cage nous dit qu'il n'a RIEN à dire, et qu'il va le dire. Pourtant il ouvre de nouvelles perspectives, discourt tant de la forme que du fond, avançant parfois de façon espiègle et masquée. Les mots sont donnés à entendre et à rebondir dans les décalages que sa parole provoque.
Le RIEN ne serait il pas simplement une forme de résistance à ce "trop plein" que nous offre nos sociétés contemporaines? Trop plein qui englobe les idées de vitesse, de consumérisme, de confusion de sens, de rentabilité.

 
André Breton disait qu’au fond, dans l’absolu, le SILENCE n'existe pas, sauf dans la mort.



"Il pourra arriver qu'un son inexplicable par des événements mécaniques, éclate au coeur de la nuit… 
peut-être continuerez-vous à penser qu'il s'agit d'un cri, d'une voix animale; 
vous écoutez, et des sons préparatoires s'organisent, 
il se peut que vous n'entendiez pas le filament du néon qui scintille, 
en vérité, vous n'avez rien entendu, vous devez l'admettre. 
...
Ces bruits, comme de menus glissements de failles, 
provoquent ce tremblement de choses qui peu à peu s'effritent… 

Plongé dans le silence, il se peut qu'un bruit soit alarmant. 
Plongé dans le noir, il se peut qu'un flash soit inquiétant. 
Plongé dans le noir, il se peut qu'un son strident soit irritant. 
Immergé dans la lumière, il se peut qu'un silence soit éloquent…" 

Oscar Teppaz  in  "La loi du silence" - octobre 1932




”Le silence est une tranquillité mais jamais un vide ; 
il est clarté mais jamais absence de couleur ; il est rythme ; il est le fondement de toute pensée.”   
Yehudi Menuhin



"Silence is at the beginning and end of everything in life."  
Charlie Haden




Aussi un extrait du livre "Au piano avec Eric Satie" du pianiste Jean-Joël Barbier:

"Comme les Gymnopédies, surtout la troisième, les Gnossiennes sont, avant tout, musique de silence. Celle de Debussy l’est, très souvent aussi – mais d’une autre manière. Il y a chez Debussy, des silences joués. Chez Satie, le silence va jusqu’au vide. Le vide est tout autour de cette musique, dont on aimerait pouvoir parler en se taisant. […]
Ce qui rend cette musique si difficile à appréhender, si impressionnante – presque effrayante dans sa nudité – si fragile, si humaine, c’est peut-être, justement le silence qui est autour. Elle sort du silence, et elle rentre dans le silence – comme celle de Debussy, certes, mais de façon toute différente –, sans que le silence en ait été terni." 
merci à Joséphine Ducat, auteure de "L'oxymoron d'Arcueil", pour cette info



& more silence with vinyl records and CDs : here


***
 

01/09/2019

Ce disque est le même que l'autre



"Ce disque est le même que l'autre"

a multi-screening movie directed by Palix
with the complicity of Bob Kohn
created for "Staccato" exhibition  in 2009

thanks to
Jacinto Lageira, Marine Bureau, Sonia Talkacsz, Edmonde Thorens, Jean Luc Godard, Eric Rohmer, Françoise Dorléac, Melina Mercouri, Stéphane Audran ...




Tribeca Film Festival, 
MusicVideoArt, 
Rotterdam International Film Festival, 
Rencontres internationales Paris/Berlin/Madrid, 
Festival Images Contre Nature de Marseille, 
L'Etrange Festival de Paris, 
International Film Festival Arsenals - Riga (Latvia), 
Tandem Paris-Buenos Aires, 
Singapore Art Museum.11
International Short Film Festival Oberhausen . 2011
Palais des Beaux Arts de Lille . mai 2011