”La terre, il se pourrait bien après tout que ce soit une espèce
de merveilleux petit appareil enregistreur, plaçé là par on ne sait qui,
pour capter tous les bruits qui circulent mystérieusement dans l’Univers.”
Pierre Reverdy - ”En vrac” - 1929

"Le rôle de l'artiste créateur est de créer des lois, non pas de suivre celles qui sont déjà faites"
Ferruccio Busoni

"Go, go, go! ... Go! go! ..."
John Lee Hooker

27/06/2019

Un chien andalou


https://en.wikipedia.org/wiki/Un_Chien_Andalou

"Szenario"  est une pièce pour orchestre et bande magnétique 
composée par Mauricio Kagel en 1982.

Sur une commande de la Télévision Suisse DRS, "Szenario" est une adaptation musicale 
pour le film "Un chien andalou" de Luis Buñuel.
Ce film accompagné de la musique de Kagel fut montré à l'occasion 
du Festival d'Automne à Paris en 1983. (cf prog.)



dans le livre de ses écrits  "Parcours avec l'orchestre", Kagel parle de ce projet.







***

23/06/2019

IJK


ialème ou ialèmos : Chant funèbre, en usage chez les Grecs, comme le Sinos, et aussi le Moneros chez les Egyptiens. Ialème est le fils d'Apollon et de Calliope. Il donna son nom au chant funéraire dit ialémos.

ictus : accent dans la prosodie qui peut correspondre au temps fort dans la musique mesurée. Autrefois, le geste ”percussion” du conducteur vers les chanteurs, les coups utilisés pour orchestrer le battement de la mesure.

inganno : n.m. ”Cadença per inganno”, espèce de cadence qui donne une résolution différente de celle que l’oreille attend.

iouler : v. t.  Vocaliser à la manière des chanteurs Tyroliens et de quelques autres peuples montagnards, avec des coups de gosier très rapides du grave à l'aigu. (cf Yodel)



ison : n. f. Terme de musique ancienne employé seulement dans cette expression propre au plain-chant: chant en ison, psalmodie tenue en sourdine ordinairement tonique.

iulos : Chansons des moissonneurs grecs, chantés en l’honneur de Cérès.



 


Jaboterv.t.  Parler beaucoup, d’une voix peu élevée et de choses peu intéressantes.

Jambon : (argot ancien) : Violon. Au XVIIe siècle, la contre-basse du hautbois était appelée cervelas et au moyen âge, on se servait d'un violon à trois cordes, la gigue (de giga, jambe, cuisse), ainsi nommé à cause de sa ressemblance avec un gigot.

Jouailler : (argot musical)  Jouer négligemment ou médiocrement d'un instrument.

Jug band (ou Juke band) :  nom donné à de petits orchestres américains de jazz à la fin du 19ème siècle, ”Jug” (pichet) faisant référence à une contrebasse bricolée avec un pot de terre cuite. Ces orchestres utilisaient des instruments traditionnels et des instruments bricolés comme le washtub bass, le ”washboard”, des cuillerées servant de percussions, des peignes recouverts de papier de soie, des kazoos. La musique informelle et énergique de ces orchestres visait à faire danser le public et a ainsi contribué au développement du rock'n'roll.

http://www.jugstore.com/memphisjb.html 
Memphis Jug Band  - circa 1925


Jugulibrancheadj.  Dont les ouïes (pour les poissons) s’ouvrent sous la gorge.





K : Abréviation de ”L. von Köchel” qui accompagne le numérotation des oeuvres de Mozart.

Kanoun aussi Kanun, Qanun, Kalong :  Instrument arabe à cordes, de la famille des cithares sur table, ayant une forme triangulaire, qui se pince avec les doigts. 



Karabo : Petit tambour des Egyptiens et des Abyssins.

Kazoo aussi Gazou : Instrument qui modifie la voix. Proche du mirliton, il est constitué d'un tube fermé par une membrane. En chantonnant, le musicien fait vibrer la membrane qui transforme le  timbre de la voix en sons nasillards.
Keou-Kin :  Espèce de guimbarde chinoise que l'on nommait anciennement trompe de Béarn. 

Kyrién.m.  liturgie  Partie de la messe qui renferme une triple invocation à Dieu répétée 3 fois. Musique composée sur les paroles du Kyrié.


-------------

lexique (en cours) de mots rares, anciens, parfois inusités ou méconnus, 
tous relatifs au monde du sonore et du musical : A B C D E F G H

sources : CNRTL /  ”Orchésographie” de Toinot Arbeau (1589) / ”Dictionnaire de musique” - 1768 - Jean-Jacques Rousseau / ”Sommets de la musique” par C.HÖWELER - 1958 - éditions Daphné, Gand, Belgique / ”La gazette musicale” / Petit dictionnaire des mots rares et anciens / Dictionnaire historique de l’ancien françois par Jean-Baptiste de La Curne de Sainte-Palaye / ”Pour tout l’or des mots” de Claude Gagnière - Bouquins/Robert Laffont - 1997 / Dictionnaire des mots rares et anciens de la langue française / Dictionnaire de musique, Léon et Marie Escudier (1872) / Emile Gouget ”Metronimo” argot musical  (1892) /


-------------



20/06/2019

Contre!

 
Henri Michaux - in "Qui je fus?" - collection particulière - 1927

Le poète, écrivain et peintre Henri Michaux, dès sa jeunesse, refusa le monde extérieur, celui des autres, avec leurs règles, leurs lois et conventions, leurs usages, n’acceptant de réalité que la sienne, intime et personnelle.
“Contre !” est un poème en vers libres, un cri d’exaspération tragique, d’opposition et de défi. 

CONTRE
"Je vous construirai une ville avec des loques, moi !
Je vous construirai sans plan et sans ciment
Un édifice que vous ne détruirez pas,
Et qu'une espèce d'évidence écumante
Soutiendra et gonflera, qui viendra vous braire au nez,
Et au nez gelé de tous vos Parthénons, vos arts arabes, et de vos Mings.

Avec de la fumée, avec de la dilution de brouillard
Et du son de peau de tambour,
Je vous assoirai des forteresses écrasantes et superbes,
Des forteresses faites exclusivement de remous et de secousses,
Contre lesquelles votre ordre multimillénaire et votre géométrie
Tomberont en fadaises et galimatias et poussière de sable sans raison.

Glas ! Glas ! Glas sur vous tous, néant sur les vivants !
Oui, je crois en Dieu ! Certes, il n'en sait rien !
Foi, semelle inusable pour qui n'avance pas.
Oh monde, monde étranglé, ventre froid !
Même pas symbole, mais néant, je contre, je contre,
Je contre et te gave de chiens crevés.
En tonnes, vous m'entendez, en tonnes, je vous arracherai ce que vous m'avez refusé en grammes.

Le venin du serpent est son fidèle compagnon,
Fidèle et il l'estime à sa juste valeur.
Frères, mes frères damnés, suivez moi avec confiance.
Les dents du loup ne lâchent pas le loup.
C'est la chair du mouton qui lâche.

Dans le noir nous verrons clair, mes frères.
Dans le labyrinthe nous trouverons la voie droite.
Carcasse, où est ta place ici, gêneuse, pisseuse, pot cassé ?
Poulie gémissante, comme tu vas sentir les cordages tendus des quatre mondes !
Comme je vais t'écarteler !"

Henri Michaux - in "La nuit remue" - 1934



-- a Michaux's link to visit  here 
 

"Contre" dit par Michel Bouquet

Cassis

Cassis is a little town, down south of France on the eastside of Marseille, 
along the "Mer Méditerrannée" on the begining of what is called "French Riviera".



Jerome Hill (1905 – 1972) was an American filmmaker and artist.


Beginning in the 1930s, Jerome Hill made his main residence in Cassis, a scenic port town on the Mediterranean Sea, in front of the dramatic cliffs of Cap Canaille. Cassis became the heart of his creative life, the inspiration for many of his paintings, a backdrop for his films, and the center of his social and artistic life.

In Cassis, Jerome Hill began experimenting with film and motion picture cameras. 
Filmmaking soon became 
his main artistic activity, in addition to painting and music composition.

Film Portrait (1972), his masterwork and cinematic memoir, is a diary film in which he presents his life and milieu through old home movies and newly-staged scenes, many hand-colored and animated.


and "Cassis" is a 1950' movie as an autobiographic sketch



***

15/06/2019

Les particules


"Les Particules" est le premier long métrage de fiction du jeune cinéaste suisse Blaise Harrison

A ne pas manquer, ce film est programmé ces jours-ci sur les écrans français,
et notamment à Marseille (La Baleine) et Paris.
bande-annonce
Sélectionné à la "Quinzaine des réalisateurs" du Festival de Cannes, 
il raconte l'histoire de jeunes qui vivent au quotidien un univers gris et ennuyeux pour leur dernière année de lycée. 
A 100 mètres sous leurs pieds, le LHC, l’accélérateur de particules le plus puissant du monde, provoque des collisions de protons pour recréer les conditions d’énergie du big bang, et détecter des particules inconnues à ce jour. L’hiver s’installe et le personnage principal P.A. voit le monde changer autour de lui et commence à observer des phénomènes étranges, des modifications dans l’environnement, de façon imperceptible d’abord, puis c’est tout son monde qui semble basculer...

"P.A. possède une sorte de super-pouvoir, une acuité que les autres n’ont pas, une hypersensibilité aux choses, aux éléments de la nature et à l’invisible. Le monde est une énigme totale et des chercheurs très sérieux envisagent les choses les plus folles. Quand on est adolescent un peu sensible, tout cela provoque un grand vertige..."
Blaise Harrison 

+-+-+ 
Aux confins d'un réel très réel et d'une rêverie légitime et vitale, ce film possède un charme réel dû à sa réalisation tout en délicatesse et retenue, en minimalisme maitrisé,
avec un excellent montage elliptique et aussi un très beau travail de la bande-son accompagnée des musiques de l'artiste belge Èlg, aka Laurent Gérard, Kaumwald
et aussi membre du groupe "Orgue Agnés".

A écouter, donc, les musiques et  extraits de la bande-son qui sont publiés par three:four records.


Les dessous d'une scène du film révélés par le réalisateur: ICI
à voir après avoir vu le film, bien entendu.


*** 

07/06/2019

In Search of Lost Beauty


pic by Romas Jurgaitis

Žibuoklė Martinaitytė is a New York-based Lithuanian composer whose works explore the tensions and longings of identity and place. In her chamber and orchestral compositions, she creates sonic environments where musical gestures emerge and disappear within transparencies and densities of sound layers. It’s music that slides on the very blades of emotions.

"Ideas for my compositions often emerge from non-musical sources. A sentence in a book, a line of poetry, or watching forces of nature unfold can trigger the imagination. .. Once I commit to an idea, a different type of work begins. The creative process is usually quite slow despite moments or even hours of burning inspiration. What takes time is not the composing itself, but dealing with inner and outer disturbances evoked by the creative process. When one enters that territory of the unknown, there are dark forces one has to conquer."
Žibuoklė Martinaitytė from an interview by Allen Shearer for Composersinc


In March 2019, Starkland records announced her  “In Search of Lost Beauty” CD's release, performed by the prize-winning Lithuanian piano trio FortVio. This amazing work is composed for piano, violin, cello, electronic soundtrack, and synchronized video projections.


 

A review for this new release, a hauting and deep composition,  at "a closer listen"

“While Martinaitytė is a master of the subtle and the delicate, her compositions equally demonstrate her capacity for the bold, with passages of grandeur and turbulence.”
Christopher Nosnibor for Aural Gravitation


and the amazing "Horizons" for symphony orchestra (2013)



*** 

02/06/2019

Mumbai



Old film of Bombay/Mumbai, India street life taken from January 11-14, 1929.
These films were taken with early Movietone sound cameras




***